Baker street

L’aube qui pointait doucement annonçait la fin temporaire du combat et la trêve entre les 2 clans. Aucun des 2 ne s’aventurait dans le territoire de son adversaire au vu et au su de tout le monde. Ces choses là se faisaient « dans la plus stricte intimité » si je peux dire. La nuit, personne ne les voyait. Même si on pouvait entendre leurs terribles cris, ils filaient et glissaient dans la nuit aussi silencieusement qu’une plume qui tombe. Ils se faufilaient dans les impasses, sur les toits, derrière un buisson ou dans une cave. Ils savaient précisément où aller mais surtout où commençait le territoire ennemi.

Dans le clan Baker, du nom du quartier Baker street, le chef était un noir costaud. Il semblait pataud en apparence mais il faisait preuve d’une agilité déconcertante. Il était surnommé « Black panther ». Ses yeux luisaient et vous transperçaient comme s’il allait se jeter sur vous. Un regard sombre et cruel. On sentait qu’il n’avait peur de rien.

Dans le clan Wilson, le chef, un roux assez maigrelet, était rapide et vif. Il était surnommé « la Flèche ». Ses yeux verts étaient plus doux mais déterminés. Il savait ce qu’il voulait et allait toujours droit au but sans détour.

Black panther et La Flèche se détestaient cordialement. De vrais ennemis quoi. Aucun ne franchissait le territoire de l’autre « à découvert ». Trop dangereux. Mais cela avait empiré avec l’arrivée de Bella Sweet entre les 2 quartiers. Belle, avec son corps souple qui ondulait, était admirée de tous. Elle était aussi désinvolte et se moquait pas mal des 2 loustics qui voulaient lui faire les yeux doux.

Les rivaux se jaugeaient, se défiaient du regard et s’agressaient verbalement, toujours de loin. Mais il fallait que l’un des 2 adversaires disparaisse. La situation ne pouvait pas continuer ainsi.

C’est Black Panther le 1er qui, un soir, fit une incursion dans le territoire de La Flèche. Celui-ci fut surpris mais réussi à reprendre le dessus. BP reparti « la queue entre les jambes » mais en se jurant de se venger et d’avoir le dernier mot.

Dans ce milieu, la loi du Talion a pignon sur rue. Dès le lendemain soir, c’est La Flèche qui fit une expédition punitive dans le clan adverse. Il battit en retraite lorsque ses forces commencèrent à le lâcher. Les combattants étaient épuisés mais toujours déterminés.

La journée était consacrée à panser les blessures et à reprendre des forces.

Le combat, âpre, dure et sanglant, fit rage pendant 5 nuits. Leurs cris résonnaient dans les maisons. Au matin du 6ème jour, Black Panther rentra chez lui en traînant la patte. Il avait un œil en moins, une oreille arrachée et des égratignures un peu partout mais, au moins, il était vivant, lui.

Son concurrent le plus redoutable, le fameux La Flèche, si vif et rapide, n’avait pas réussi à avoir le dessus. Il gisait maintenant sur un trottoir de Baker Street après avoir chuté du toit terrasse, 6 m au-dessus.

Personne ne se souciait trop de lui. Certains le regardaient en pensant « dommage », « tant pis, le pauvre », « tiens, encore un », … Mais aucun ne fit de geste vers lui, ni ne le sortit du caniveau.

Bella s’amouracha de Black Panther, si fort pour la protéger de ce monde cruel, pendant un temps du moins. Jusqu’à ce qu’un beau jour, ou plutôt une belle nuit de pleine lune, un nouvel adversaire, plus jeune, plus fort, plus résistant, renverse le règne du grand noir costaud et qu’elle n’eue de beaux yeux que pour ce nouveau venu.

Ainsi est la dure loi de la rue, la dure loi de la vie. La dure vie des gangs. Des gangs ? Non, … des chats ! Et quand 2 grands mâles se toisent pour une femelle, on peut dire que « chat va faire mal » …

Retour à l'accueil