Roman en vue ?

En exclusivité, voici le tout tout début d'une histoire que j'ai commencé à écrire (si possible avec la case roman à l'arrivée). Maintenant, je n'ai plus qu'à continuer...

Chapitre 1 – Mauvaise nouvelle

On a tous connu ça : des mauvais jours où on se dit qu’on aurait préféré rester au lit. Dès les orteils posés au sol, on sait que ça va partir de travers. Et ça se confirme avec la tartine qu’on renverse, à l’envers bien sûr, la douche brûlante ou la serviette oubliée, la chaussette trouée et les clés égarées… On a tous eu des journées comme celle-ci. Et on se demande ce que le reste de la journée nous réserve. On sert les fesses en espérant ne pas provoquer de catastrophes au boulot ou devant les autres parents d’élèves. Puis ça se calme et on pense que l’orage est passé. Sauf qu’il revient de plus belle. Comme le cœur d’un ouragan. L’accalmie avant la reprise…

C’est mardi. Un jour d’avril pluvieux. Les giboulées de mars, en retard. La météo n’a plus aucun sens, tout comme cette journée. Il fait chaud en janvier, froid en mai, pluvieux en avril et un été indien de plus en plus tardif. Ca rime à quoi ? C’est dans l’ordre des choses ? Le perpétuel recommencement de la nature ? C’est le bouleversement climatique dû à notre soif d’exploitation ? Qu’est-ce que j’en sais moi ! Je ne suis pas scientifique ni météorologue ni même devin. Sinon j’aurais vu venir ce qui m’est tombé dessus ce mardi. J’étais au boulot. Je suis secrétaire médicale. On ne peut pas dire que cela soit passionnant mais j’ai trop eu la pétoche pour devenir infirmière. Le sang me fait tourner de l’œil. J’ai trouvé un bon compromis. Enfin si on peut appeler cela un compromis. Voir des gens malades sans les aider, elle est où ma B-A ? Le mieux que je puisse faire pour eux, c’est de leur donner un rendez-vous le plus tôt possible. En plus, ils sont toujours pressés, jamais contents, toujours râlants, jamais aimables…

C’est pas que je le déteste mon boulot, c’est juste qu’il n’est pas très épanouissant. Il y a des jours où je m’ennuie. Les 2 médecins sont vieillissants, ça manque de rythme, de joie. Je les appelle mes « croulants ». Croulant 1 et Croulant 2.

Bonjour madame Dubois, … vous devez faire renouveler votre ordonnance ? Croulant 1 a un créneau jeudi prochain… Trop loin ? Je vérifie … Croulant 2 peut vous prendre demain … parfait, je note. Au revoir madame Dubois. » La pauvre vieille dame n’a pas pipé mot mais est ravie d’avoir un rendez-vous pour le lendemain.

C’est l’heure de ma pause. Café, clope. Je devrais arrêter, ou au moins diminuer, le café. Trop de caféine est mauvais pour la santé. Risque cardio-vasculaire je crois et autres machins pas gais. C’est Croulant 1 qui en a parlé à M. Pinsot l’autre jour. Je vous l’ai dit, ici, ce n’est pas très gai. Je consulte mes messages sur mon téléphone portable. Je me suis offert le dernier Samsung Galaxy Note. En blanc, il est trop classe. J’ai 2 messages : un de mon opérateur pour me rappeler le montant de ma dernière facture. Merde, j’ai dépassé mon forfait, j’ai un surplus. Le 2ème est de Lola.

...

Retour à l'accueil