Chère culpabilité

Hà chère culpabilité chérie. Tu règnes en maîtresse absolue et tu n'as pas ton pareil pour nous faire sentir mal. Tout le monde a connu ce sentiment, pas vraiment apprécié (et pour cause). Se sentir coupable. De quoi ? Tout est prétexte. Mais la culpabilité est-elle proportionnelle à la "faute" réalisée ? Quand il y a faute.

En effet, on peut se sentir coupable de beaucoup de choses qui ne sont pas de réelles fautes, amorales, mais sont plutôt courantes dans le quotidien de beaucoup de personnes : -Amener les enfants chez McDo parce qu'on n'a pas fait les courses ou pas envie de cuisiner. -Mettre un vêtement fripé parce qu'on n'a pas fait le repassage. -Dire qu'on n'a pas reçu sa facture à temps parce qu'on a oublié de la payer. -Refuser de dépanner un voisin, un collègue, juste parce qu'on n'a pas envie. -Dire qu'on n'a pas fait ses devoirs car on n'a rien compris à sa leçon alors qu'en fait on n'avait pas envie de travailler. -Prétexter du monde sur la route quand on arrive en retard alors qu'on est juste parti très en retard. -Manger une douceur en cachette parce qu'on n'a pas envie de partager. -Accuser le collègue de ne pas avoir donné les bons chiffres parce qu'on n'a pas eu le temps de terminer le rapport demandé.

Des petits "péchés" sans gravité. Et puis il y a les autres "péchés". Existe-t-il une échelle de graduation selon la gravité du type de péché ? Non. Pourquoi ?

Parce que certains l'assument complètement et d'autres culpabilisent plus ou moins suivant ses propres convictions, son éducation. Tout vient de là. Le point de départ de nos convictions : notre éducation ! Les parents sont donc coupables de nous faire sentir coupables pour un oui et pour un non. Et quand ce ne sont pas les parents, ce sont les professeurs et puis le patron, les voisins, les collègues, les autres quoi. Le problème c'est les autres ! Et la religion qui en rajoute une couche avec les péchés capitaux.

Oui la culpabilité est un mal judéo-chrétien qui nous pourrit de l'intérieur. Un mal nécessaire pour éviter de recommencer ? Pour ce qui est de l'ordre du répréhensible, je dis oui. Pour ce qui est de l'ordre des petites choses qui font plaisir, je dis non.

Ne pas se sentir coupable d'être parfois égoïste ; ne pas se sentir coupable de partager certaines choses avec certaines personnes mais pas avec d'autres (leur tour viendra) ; ne pas se sentir coupable d'éprouver des sentiments. Ne pas se sentir coupable d'exister, de vivre, d'avoir une opinion, de ne pas être d'accord. Profiter des petits bonheurs. Profiter des petites choses. Profiter de ce que la vie peut offrir, sans culpabiliser, car on ne sait pas ce qui arrivera demain. Vivre sans regrets parce qu'on aura fait ce que le cœur nous dictait.

Retour à l'accueil