Noël J-2 : courses commando

Aïe aïe aïe ! Le réveillon est demain soir. Si vous n'êtes pas encore au point (je ne veux pas vous paniquer !) il ne reste que demain !

Entre ceux qui fignolent leurs courses avec les derniers ingrédients ou cadeaux manquants et ceux qui commencent juste, les magasins vont être bondés, surchargés, gavés et débordants de petites fourmis s'activant au pas de course (!). Opération commando en vue ! Direction le centre commercial où l'on a tout sous la main (parfois !).

Tout d'abord pour trouver une place de parking... Il y a les patients qui attendent dans une rangée, espérant désespérément que quelqu'un cède sa place (c'est LA prière de Noël !). Et quand une voiture sort enfin, un petit malin (enfin un plus rapide surtout !) vous vole le précieux stationnement. Vous étiez déjà remonté comme une pendule mais là, vous grimpez d'un cran.

Sinon il y a les "coureurs de fond" qui font 36 fois le tour du parking (hà tiens, quelqu'un s'en va, vite je m'engouffre ! Quoi, vous attendiez avant ? j'avais pas vu !).

Il y a les arnaqueurs qui font bosser leur femme pour réserver ladite place en attendant de faire le tour, histoire de ne pas perdre de temps (non mais ho, faites la queue aussi !).

Ouf, la voiture est enfin garée (1/2 heure de trajet + 3/4 h de parking, déjà 1h15 écoulée !).

Commence la 2ème partie de la journée commando : direction les magasins. Oui mais lesquels ? Celui là pour papa, cet autre pour maman, celui-ci pour les enfants et on finit par la grande surface. A condition de trouver ce que l'on cherche (on cherche quoi exactement ? On verra sur place, c'est l'inspiration du moment !).

Il faut donc se frayer un chemin (sinueux, tortueux !) dans les allées commerciales. C'est un véritable parcours du combattant : attention au caddie, là le petit, pardon le (faux) père Noël, on a dépassé le magasin, où sont les enfants ?, ... (on rajoute 1/4 h au mieux !).

Quelle foule ! Il fait chaud, on étouffe, on est bousculé, on n'atteint pas le présentoir. Tout le monde est speed (non, non, pas nous !), énervé (tic-tac, l'heure tourne !), agacé (elle va se pousser cette pouf à qui on hurle pardon dans les oreilles depuis 3 minutes !), frustré (quoi, il n'y a plus la taille !), paumé (c'est cette allée ce magasin ou c'est plus loin ?), horripilé (c'est pas un nom de resto ça ? Au riz pilé ! Dommage j'ai un creux !), affamé (oui, la course à pied ouvre l'appétit !), déprimé (il faudra que j’appelle la banque pour mon découvert !), obsédé (il faut que je trouve un cadeau, il faut que je prenne du champagne, il faut que je rentre avant 18 h, il faut, il faut ... !), tracassé (je prends quoi pour mamie ?), contrarié (il n'y a rien qui convienne pour mamie !), fatigué (quoi déjà, vous commencez juste !).

Vous abandonnez ? Non ? L'opération commando continue jusqu'à ce que mort s'en suive (ou jusqu'à ce que les magasins ferment en vous mettant à la porte !). Vous rentrez enfin chez vous, épuisé mais heureux. Objectif atteint ! Quand on a survécu à une telle journée, plus rien ne nous effraie ! Le stage commando des marines, c'est de la gnognotte à côté !

Oui vous déchirez ! Vous êtes un survivor, ça mérite une chanson qui rebooste !

https://www.youtube.com/watch?v=JfTcg5cF6Kc

Retour à l'accueil