Se souvenir

Racontes-moi une histoire, histoire de ne pas te taire, de ne pas te terrer dans le noir, dans la noirceur de la nuit, celle qui nuit à ton repos. Reposes-toi avant de partir, de partir loin d'ici, car ici n'est plus chez toi. Toi qui écoutes en silence ce lent sifflement, mens-moi sur le souffle sans te couper l'air. L'herbe sous tes pieds continuera à pousser, pousses sur ta plante car des pieds laissent une trace, trace de ton passage, ne sois pas sage quand l'herbe va jaunir. Unir nos forces en ce monde, faire une ronde pour ne pas se sentir seul n'est pas suffisant pour survivre. Sois sûre de vivre à travers lui, à travers nous, à travers toutes les vitres qui t'empêchaient d'avancer. Avances vers la lumière, sans errer d'un pas par carreaux, petit à petit, pas à pas, passes par là pour trouver ton chemin. Main dans la main, nous t'accompagnons, nous tes compagnons de fortune, sans voir la fin du voyage. Age moyen dans le présent, tu revisites ton passé mais n'envisages pas d'avenir. Vois venir le temps d'y repenser, de panser les plaies, d'oublier les blessures, sûre de ton courage d'avancer. C'est trop tard, le temps est venu devant cette mise à nu tel un nouveau-né. N'aies pas peur, les ténèbres se sont pas la destination, juste une station, un passage obligé. Bien obligé puisque c'est toi qui as choisi le chemin et l'arrivée. Rivée sur ton objectif, ne perds pas de vue tes proches, sans aucun reproche ni pour eux ni pour toi. Toi qui as écouté et n'as pas parlé. Les histoires s'écrivent parfois au futur ou au présent mais souvent au passé. Passée par le mauvais chemin tu t'es perdue en route. Cette route qui nous sépare de toi, toi qui as mis de la distance en voulant être un ange. Je veux que tu continues tes miracles sans devenir un mirage. Nages, nages dans cet océan que tu connais si bien, cet océan de douceur qui te transporte. Portes ta voix au-delà de toutes ondes et inondes nos vies de ton histoire. Histoire de ne pas t'oublier maintenant que tu es partie, une nuit d'hiver, comme si c'était hier. Racontes-moi ton histoire, racontes-nous si le bonheur est au bout du chemin pendant que nous te lâchons la main car maintenant tu dois nous quitter à tout jamais ... mais jamais tu ne quitteras nos cœurs.

A Roselyne.

Retour à l'accueil