Ta couleur à l'heure qui coule

Couleur éther devant l'éternel, négligeant la gente dame, damoiseau, oseras-tu tuer et maudire ? Dire ton regret, regretter de l'avoir dit, dis-moi dans un mois si la moisson songe à jeûner. Né aîné, né mal-aimé, mais jamais jaloux car le loup peut être solitaire sur cette terre où il erre, se terre, se rebelle, se fait la belle. Le temps passe, se tasse, se casse, trépasse. Sa carcasse se ramasse, sa masse disparaît, il paraît. Arrêt sur cette image sans âge, sans partage, attachée sans détacher le regard hagard du gardien. Le lien noué, et nous autour, tournant le chemin maintes fois emprunté, teinté des mystères de la terre, devant un parterre de fleurs. C'est un leurre, ce n'est pas l'heure du malheur... La couleur éther est éternelle !

Le bleu de tes yeux est soyeux, crémeux, merveilleux, onctueux, fabuleux, délicieux, précieux, savoureux, silencieux. C'est le bleu des cieux, le bleu des dieux, le bleu des adieux. Adieu à tes beaux yeux bleus, eux qui sont deux, qui sont ce que je veux, qui sont toujours radieux, affectueux, audacieux derrière tes cheveux. Des yeux amoureux qui rendent heureux. Des yeux facétieux qui rendent les autres furieux. Des yeux malicieux qui affrontent les yeux orageux. Des yeux fougueux qui font des envieux. Et au milieu, c'est mieux, il y a nous deux... Mes aïeux !

Rouge passion, rouge cerise, rouge carmin, rouge magenta, rouge et noir, rouge sang, bonnets rouges, croix rouge, poisson rouge, nez rouges, carton rouge, zone rouge, feu rouge, moulin rouge, rouge gorge, rouge queue, rouge à lèvres, rouge bordeaux, rouge basque, ciel rouge, kir rouge, piment rouge, rouge saignant, rouge cuivré, pantone rouge, rouge comme une tomate, fil rouge, voir rouge, être dans le rouge, rouge Porsche... Quelle courge, elle s'goure !

Si j'étais verte de peau, je serais blanche de rage, bleue comme un linge quand je suis malade, marron comme une châtaigne quand j'ai honte, Je serais jaune de stupéfaction, noire de peur, j'aurais des violettes à l'âme et des gris au beurre noir au visage. J'aurais la chair de crapaud. Si nous étions tous verts, les humains seraient-ils plus écolos ? Les racistes ne seraient-ils que des extra-terrestres ? Nous prendrions-nous pour des Verts de Terre ? Y aurait-il un parti politique nommé "les Terriens" ? Pourrions-nous nous camoufler dans les pelouses ? La mixité se déclinerait-elle dans un dégradé entre vert clair et vert foncé ? Je crois que j'ai trop forcé sur le thé vert mélangé àla Manzana Verde !

Retour à l'accueil