A savoir, savoir et demi

Après la grippe bien agrippée, la rechute bien achutée. Je fus dans le coaltar, dans le brouillard bien épais, à marcher au radar avec un sonar rouillé. J'avançais à tâtons comme sur des chardons. Le temps n'a pas été clément'ine, il me chagrine. J'ai l'humeur ni badine ni palatine. Pourtant je me fends de mes corvées et me défends de ne point en faire trop. Mais point trop n'en faut sinon je m'épuise et esquive d'une sieste exquise mes prérogatives permissives.

Allez savoir ce que cela veut dire... Vous le saurez peut-être avant moi mais cela ne vous servira à rien. Sauf de savoir que vous le savez mieux que moi. Pourtant qui mieux que moi peut savoir ce que je veux dire. Ça veut dire que moi-même je ne sais pas ce que je veux. C'est comme si je vous dis "fais ce que je dis mais ne fais pas ce que je dis que je fais". Ce n'est pas parce que je le dis que je le fais, mais je ne fais peut-être pas ce que je dis que je fais et je ne dis pas ce que, en fait, je fais.

Il ne faut pas juste le dire, il faut le faire. Et bien, c'est pareil qu'avant, il ne faut pas juste le savoir, il faut le dire. Je dis ça pour que vous le sachiez et ensuite vous pourrez le dire. Parce que ça ne sert à rien de savoir quelque chose si vous ne le dîtes pas. Autant-Lara en emporte le vent de la connaissance ? Non, autant ne pas le savoir ! Et justement, là, ben il n'y a rien à dire ! Alors je raconte quoi depuis tout à l'heure ? Rien ! Rien ? (deux rien). Non je ne regrette que Sapin... Tout le bien qu'il me fait, tout le mal et tout ce qui me tracasse (ou plutôt mon banquier !). Ça y est, je vois la vie en soldat rose avec des piafs qui me tournent autour. Ce speech autour de "dis, fais, sais" me laisse pantoise, ou comtoise pour ceux qui seraient en avance sur l'heure d'été, ou villageoise pour ceux qui sont encore au repas de midi !

"Dis, fais, sais" : 3 mots qui me donnent un air non pas de déjà-vu mais de "m'as-tu vu je suis un bourreau d'enfant" ou de "m'as-tu vu je suis S-M" pour les pervers... Il en faut pour tout le monde même si le monde n'a pas besoin de nous tous. Au passage je précise que SMS n'est ni un lieu de rendez-vous pour pervers ni un M&M's souffrant d'un dédoublement de personne alitée.

Maintenant que vous savez tout cela, vous dormirez ... sur votre oreiller ce soir !

Retour à l'accueil