Agrippes-toi !

Sainte Françoise de Suisse, en attendant un miracle, bénissez nos fronts d'hier, nos fronts froids et nos fesses chaudes (ou le contraire). La grippe sévit ! Ce supplice est le délice d'un virus vénal pas banal. Cet escroc a muté pour mieux nous entourlouper. Un vaccin ? Vite une mutation ! Mais au lieu d'aller voir chez les Grecs si on y était, il s'est auto-muté, auto-proclamé "roi des emm...", ennemi public n°1 recherché, traqué mais pas éradiqué. Personne n'arrive à lui couper le mutagène sous les pieds mais il a réussi à expédier 6 pieds sous terre environ 9000 malheureux plutôt malchanceux non miraculeux.

L'Etat en a fait une fiesta -en grandes pompes funestes (c'était Portes Ouvertes) : il a refilé son stock de vaccins dépassé par les événements en pariant sur une réduction des retraites. Recul de 0,00001% des dépenses publiques ! L'inflation va prendre un coup dans son aile de poulet français dopé aux OGM. Loué soit la Touraine !

Mais partout en France et en Navarre, le peuple en bave hier comme aujourd'hui et sûrement encore demain. Tous les ans, c'est la même chanson, mais la différence est que quelques uns ne sont plus là. De là-haut, ils doivent bien se marrer : les suppos à la glycérine, cette fois-ci c'est pour Roselyne. Ou bien ils doivent pleurer : le trou de la Sécu est plus gros que celui de la couche d'ozone mais pas de plan de prévention des risques de débordement du bassin de rétention d'eau de la Bache-qu'a-pris-l'eau.

Le réchauffement dû à un petit virus, pas minus, n'est pas que climatique bien qu'hivernal. Il est politique pourritique, économique tactique, symptomatique épileptique, plus statistique que statique, fantomatique, empirique contre-antique. Une vraie nébuleuse qui ne fait pas d'envieuse (ou peut-être Ebola qui se sent un peu minable en ce moment).

Et oui, la grippe a frappé fort et frappera encore 7 fois car à chaque end de round, elle nous glisse sussureuse, assurément très heureuse : "je te lâche la grappe mais ... je reviendrai !".

Retour à l'accueil