Marée du siècle ?

On nous annonçait une date à ne surtout pas rater : le 21 mars, jour de la marée du siècle. Un coefficient de 119 sur une échelle de 120, c'est exceptionnel ! Même si d'autres fortes marées sont attendues dans l'année (118 le 20/02, 117 le 29/09), c'est ce jour qu'il faudra retenir.

Équipée de l'annuaire des marées de l'estuaire (désolée le Mont St Michel est un peu trop loin), je file sur les berges de la Gironde. Vers 13h30 la marée est au plus bas. 6h plus tard elle sera au plus haut. Quoi de mieux que de pouvoir observer les deux phénomènes extrêmes ?

Sauf que la météo n'a pas joué le jeu. Le temps couvert (bien gris, bien triste) s'est changé en temps pluvieux. Pas idéal... Très peu de vent donc ni houle ni vague. Même en longeant la corniche, de Roque de Thau jusqu'à Bourg sur Gironde, ce spot n'est pas le plus spectaculaire pour assister à cette marée du siècle.

Mais était-ce vraiment la marée du siècle ? De mémoire de girondins, notamment des habitants de Haute Gironde, ce à quoi nous avons assisté, bien que toujours fantastique à voir, n'était pas exceptionnel. Ici l'eau est déjà montée beaucoup plus haut. En témoigne les protections de porte tout le long des habitations du port de Bourg. Certaines ont servi pour la marée de samedi matin, la plus forte, mais la plupart n'ont pas été nécessaires. Le passage de l'eau a tout de même laissé des traces sur son passage : herbe détrempée, amas de branches et sol boueux. La vase s'est infiltrée partout. Mais elle n'a pas empêché le passage du carnaval !

Je dois admettre que je suis un peu déçue. Je m'attendais à quelque chose de plus extraordinaire que je ne verrais peut-être qu'une fois dans ma vie. Finalement j'aurais dû aller en Normandie !

Je vais quand même partager avec vous ces 2 moments, aux mêmes endroits, à quelques heures d'intervalle. A marée basse, la barge de l'Airbus en a profité pour descendre la Garonne, la drague a remonté l'estuaire en ronronnant bruyamment, les pontons écroulés ainsi que les navires échoués depuis la guerre se sont dévoilés plus qu'à l'ordinaire.

Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Marée du siècle ?
Retour à l'accueil