Un autre ministère

Reprise réformée d'Un Autre Finistère

Comprendrais-tu Pinel qu'un jour excédée j'aille faire entendre ma voix une première fois à 120 députés au parvis d'l'Assemblée, un jour de gloire.

Trouverais-tu cruel qu'un toit et une douche je te loue dans la ville un studio, une presque ruine, oublier vos contrats, vos promesses et vos lois imbéciles ?

Vous pourrez attendre la fin des réformes, jeter aux SDF, aux pauvres tous vos pourris discours, ces taux qu'on n'aime pas entendre et qui n'excitent pas, pour devenir pro-prio.

Il est un ministère, un long fleuve de soupirs, où l'on gère nos désirs et vos belles résidences. Tu apprendras à nous plaire et tes phrases retenir dans un autre ministère aux longues listes d'attente.

Bien sûr on se figure que tout l'monde est pistonné, que les loyers c'est l'abîme de Poitiers et de Nîmes. Et parmi nous, il y a des murs qui pourtant se fissurent, que même l'air nous abîme.

Et puis on s'aperçoit qu'y a des rats et des rats, qu'y a des chiens et pas d'jardin, des promesses futiles sans voir que sous la détresse des vieux, il y a des choses, des décrets putrides.

Il est un ministère, un long fleuve de soupirs, où l'on gère nos désirs et vos belles résidences. Tu apprendras à nous plaire et tes phrases retenir dans un autre ministère aux longues listes d'attente.

Retour à l'accueil