La mort allitée

Fatigué de vivre ?! Essayez la mort sûre, c'est plus reposant ! C'est aussi plus ennuyant, de se trouver dans le néant détale du fond des âges de glace. Néant géant et gain nain... Oui, car le gain que l'on pourrait y trouver se réduit à poussières d'étoiles de maître. Aucune valeur même si on en trouve pourtant à ceux qui disparaissent. La valeur n'attend pas le nombre désanné (c'est quel nombre exactement, 69, 1000, 1 billiard de billiard ?), c'est désuet, mais la valeur atteint son appeau G post-mortem, de quoi frémir ... de plaisir ?

La morsure de la vie est la fin de toutes choses. Et la chose qui prend fin n'a plus envie d'être. Donc la mort, c'est sûr, c'est la vie. Ce qui amène à notre grande question existentielle : "que faisons-nous à manger ce soir ?"... Hà non, "que faisons-nous sur Terre ?" Heu... à part des conneries ? Je me le demande encore et encore, c'est que le début, d'accord, d'accord.

Après cet intermède musical, demandons à Archimède de nous sortir de La Mède en poussant fort. Se prenant pour Dieu, il n'a pourtant pas réussi à marcher sur l'eau et a coulé à la verticale de ses pêchés. Mayday, mayday, Whitney, nous avons un gros blême. Il est devenu tout pâle, c'est came (désolée pour les jeunes qui ne comprendront pas !). La flottabilité a ses limites et la pression a été trop forte : il coule, il coule, l'Archi ! Ni une, ni deux, ni en teck, ni en toque, il est propulsé au rang d'érudit savant des choses physiques, c'est mathématique.

Quand on vous prouve A + B = G (raison), E = CM², Pi = 3,14..., que pouvez-vous répondre, pauvres petits mortels que nous sommes ? Les choses de la vie nous dépassent et les choses de la mort nous trépassent...

Moralité = un mort couché est la fin d'un Vivendi sans espoir. A méditer ... ou pas !

Retour à l'accueil